Accueil           Lettres       Généalogie      Histoire         Photos      Bibliographie 
 
   .: Vous êtes ici : Lettres > Recherche > Affichage de la lettre n°99
 


IDENTIFICATION LETTRE : 99

Classer la lettre Envoyer par E-mail Imprimer le document

Portefeuille :    
Lieu :
Expéditeur : La Baronne de Tascher de la Pagerie  
Destinataire : Sainte-Rose de Tascher de la Pagerie
Date républicaine :  
Date grégorienne : le 22 mai 1804
 
Il faut aussi, Mon Cher Gigi, que tu aies une petite lettre pour preuve de la tendresse et du souvenir de ta maman Tascher qui a été bien inquiète de toi et de ta chère soeur depuis le 23 mai dernier jusqu'au 25 décembre que j'ai reçu la première lettre de ton frère qui, enfin, m'a appris vos arrivées à Paris le 27 août. Et tu juges bien le plaisir que j'en ai éprouvé.

Par sa dernière, Mon Cher Fils, il me dit que ton asthme semble diminuer : j'en suis fort aise, te souhaite d'en être tout-à-fait débarrassé et désire bien savoir comment toi et ta soeur aurez passé le premier hiver. Si c'est suivant mon désir et mes voeux, vous vous en serez parfaitement trouvé tous deux et tu sens avec quelle satisfaction je l'apprendrai.

Monsieur Guignard, notre allié et ami, qui te remettra ma lettre, te donnera des nouvelles de ta maman La Pagerie. Elle t'écrit peut-être dans le paquet qu'elle lui a donné pour ses chers enfants. Numa, ton cinquième frère, t'embrasse et se porte bien : à la paix, je te l'amènerai et donnerai pour compagnon de collège. La bonne Degros et la nourrice de Numa te font amitiés, de même que Messieurs Nielly, Bourbon et Laville. Monsieur Guignard te donnera des nouvelles de ton père aussi, ayant été aux Trois-Ilets et au Vauclin.

Adieu, Mon Cher Sainte-Rose. Sois toujours bon enfant, bien soumis et obéissant à ta chère cousine et au Premier Consul. Sois leur bien reconnaissant et regarde les comme ton père et ta mère propres, aussi leurs chers enfants et servant aussi bien tes frères et ta soeur. Sois leur soumis comme cadet ; emploies bien ton temps à l'étude afin d'être à même de complaire à ta chère cousine et à tes maîtres. Ecris nous souvent afin que sur une grande quantité de lettres il nous en arrive au moins quelques-unes, unique consolation que je puis éprouver loin de vous, Mes Chers Enfants.

Adieu. Je t'embrasse et crois toujours à la tendresse et souvenir de ta maman.

/ S / la Bonne de Tascher de la Pagerie

[Haut de la page]
 
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
Nouveau membre ?
 



 

Récital Mercredi 5 Octobre 2011 Institut de France et l'Abeille au Service du Patrimoine au sein de la Fondation Dosne-Thiers

Messe à Rueil-Malmaison lundi 30 mai 2011 à 19H

 

 
Désinscription [?]
 

 

Découvrez dans la boutique :
La boutique du site
et bien d'autres livres...