Accueil           Lettres       Généalogie      Histoire         Photos      Bibliographie 
 
   .: Vous êtes ici : Lettres > Recherche > Affichage de la lettre n°97
 


IDENTIFICATION LETTRE : 97

Classer la lettre Envoyer par E-mail Imprimer le document

Portefeuille :    
Lieu : au Fort-de-France
Expéditeur : Mme de La Pagerie, Mère de Joséphine  
Destinataire : Joséphine
Date républicaine :  
Date grégorienne : le 16 juin 1804
 
Je profite, Ma Chère Amie, du départ de Monsieur Bertin pour la France, pour te donner des nouvelles de ma tendresse pour toi que je porte dans mon coeur et que je chérirai jusqu'au dernier moment de mon existence. Oui, Ma Chère Fille, tu es l'objet de toutes mes sollicitudes, et jamais je ne jouirai du parfait bonheur si je ne parviens quelque jour à être témoin du tien. Monsieur Bertin te dira que c'est le plus cher de mes voeux ; il t'entretiendra du plaisir qu'il m'a procuré le plus souvent qu'il lui a été possible en me parlant de toi, en me rapportant tout ce que ton amitié l'avait chargé pour moi. Il s'en est acquitté avec exactitude et avec tous les procédés possibles. Je ne puis que me louer de ses attentions et de son honnêteté. Assure-le toi-même que j'y ai été fort sensible : me servant d'interprète, celà lui prouvera combien je suis reconnaissante de la manière empressée avec laquelle il a secondé tes désirs à mon égard.

Je suis au Fort de France depuis quelques jours avec Monsieur et Madame de Villaret qui m'ont arrachée de ma retraite pour me faire goûter parmi eux toutes les douceurs de la société. J'y jouis effectivement d'une aimable gaieté et d'un plaisir délicat qui se trouvent rarement dans nos campagnes. J'y resterais toujours si les soins de son habitation ne me contraignaient point à quitter ces deux personnes qui me comblent d'égards.

Adieu, Ma Chère Amie. Je t'embrasse avec toute la tendresse que je t'aime ainsi que tout ce qui t'est cher.

/ S / Sanois La Pagerie

P.S. : Monsieur et Madame de Villaret ont été bien sensibles à ce que tu me dis pour eux. Si vous les aimez beaucoup, nous ne les aimons pas moins ici. Mon beau-frère, toujours mon compagnon de voyage lorsqu'il n'a pas la goutte, est ici avec moi. Il t'embrasse ainsi que tes enfants et les siens. Il présente son respect au Premier Consul.

[Haut de la page]
 
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
Nouveau membre ?
 



 

Récital Mercredi 5 Octobre 2011 Institut de France et l'Abeille au Service du Patrimoine au sein de la Fondation Dosne-Thiers

Messe à Rueil-Malmaison lundi 30 mai 2011 à 19H

 

 
Désinscription [?]
 

 

Découvrez dans la boutique :
La boutique du site
et bien d'autres livres...