Accueil           Lettres       Généalogie      Histoire         Photos      Bibliographie 
 
   .: Vous êtes ici : Lettres > Recherche > Affichage de la lettre n°88
 


IDENTIFICATION LETTRE : 88

Classer la lettre Envoyer par E-mail Imprimer le document

Portefeuille :    
Lieu :
Expéditeur : Monsieur de Lannoy  
Destinataire : Joséphine
Date républicaine : 20 fructidor An VIII 
Date grégorienne : 7 septembre 1800
 
Madame,

Le délabrement continuel de ma santé m'a empêché jusqu'à ce jour de vous aller présenter mes hommages et de me rappeler à votre souvenir.

L'enthousiasme avec lequel je vous ai constamment parlé de votre époux pendant son séjour en Egypte, les voeux ardents que vous m'avez vu former pour son retour auquel j'attachais exclusivement le salut de ma patrie, la part de sensibilité que j'ai prises aux peines et aux sollicitudes que vous avez éprouvées alors sur son éloignement, les avis consolants que je vous ai donnés en vous rassurant sur tout ce qui tendait à vous livrer au désespoir de le revoir jamais,l'assurance avec laquelle je vous ai prédit son retour en vous conseillant de l'attendre avec calme et de mépriser les efforts de l'envie, tout enfin, Madame, doit vous avoir convaincue que j'attachais un grand prix à votre estime et à celle d'un homme qui réunissait déjà si éminemment la confiance de la France entière.

Depuis, j'ai eu l'honneur de lui être présenté ; je lui ai remis et fait remettre des écrits utiles, fruits d'une longue expérience dans l'administration militaire. Ils ont pu lui prouver que je sentais fortement alors, comme je le sens encore aujourd'hui, le besoin de servir mon pays.

Vous m'avez promis, Madame, que si mes voeux pour son retour et sa fortune se réalisaient, vous ne négligeriez rien pour me mettre à même d'atteindre l'objet de cette louable ambition.

On a dû présenter au Premier Consul un projet d'entreprise générale pour tous les services de terre et de mer. Ce projet, que je vous avoue être en partie mon ouvrage, donne des moyens prompts et sûrs d'améliorer les finances de l'Etat et de consolider son administration.

Trop d'intérêts particuliers se trouvent froissés par ce plan pour ne pas élever contre lui quelques détracteurs ; mais, un quart de conférence avec le Premier Consul me suffirait pour le convaincre de l'avantage et de l'infaillibilité de ses résultats.

Veuillez donc bien, Madame, me présenter vous-même à votre époux et l'engager, en attendant, à lire le mémoire ci-joint. Je crois déjà être devancé près de lui par la réputation d'un homme de bien. Vous pouvez y ajouter, Madame, ce que vous pensez de moi et lui dire que, parmi les hommes qu'il honore de sa confiance, beaucoup ont une occasion de me connaître et de m'estimer. Je puis citer particulièrement les Citoyens Cretet, Regnier, Thibaudeau, Petiet et la plupart des officiers généraux chers à son souvenir et à son amitié. Je suis également certain que l'opinion générale, et notamment celle des Ministres de la Guerre et de la Police Générale, est toute en ma faveur.

L'entretien que je sollicite, Madame, ne peut être importun. Ce ne sont ni des places, ni des affaires que je mande ; j'ai assez méprisé la fortune ; j'ai donné assez de preuve de désintéressement pour que personne ne puisse soupçonner que l'intérêt personnel est pour quelque chose dans mes démarches : un motif plus grand et plus noble me guide. C'est toujours le seul désir de mériter une portion de la confiance de Premier Consul, parce qu'avec elle j'obtiendrai bientôt son estime, et par suite, l'occasion d'acquérir de la gloire en servant bien mon pays.

Permettez, Madame, que je vous renouvelle ici l'assurance de mes hommages respectueux.

(Monsieur de Lannoy)

[Haut de la page]
 
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
Nouveau membre ?
 



 

Récital Mercredi 5 Octobre 2011 Institut de France et l'Abeille au Service du Patrimoine au sein de la Fondation Dosne-Thiers

Messe à Rueil-Malmaison lundi 30 mai 2011 à 19H

 

 
Désinscription [?]
 

 

Découvrez dans la boutique :
La boutique du site
et bien d'autres livres...