Accueil           Lettres       Généalogie      Histoire         Photos      Bibliographie 
 
   .: Vous êtes ici : Lettres > Recherche > Affichage de la lettre n°84
 


IDENTIFICATION LETTRE : 84

Classer la lettre Envoyer par E-mail Imprimer le document

Portefeuille :    
Lieu :
Expéditeur : Baronne de Tascher de La Pagerie  
Destinataire : Charles de Tascher de La Pagerie
Date républicaine :  
Date grégorienne : 23 juin (soir) 1804
 
Depuis ma lettre d'hier écrite, Mon Cher Charles, il nous est arrivé un bâtiment en cette rade : les uns disent de Nantes ; les autres d'Amérique qui, dit-on, apporte des papiers-nouvelles entr'autres une gazette qui annonce le divorce du Premier Consul avec ta cousine pour épouser une Princesse de Russie afin, ajoute-t-on, avoir ligué en ce que s'étant fait prochain Empereur des Gaules tout récemment à Dunkerque, que l'Empire étant héréditaire, il veut avoir des enfants et des alliés puissants dans les puissances du Nord. On ajoute, Mon Cher Enfant, qu'il donne huit-cent-mille livres à son épouse, ta cousine, de rentes et encore quelques détails dont voici les plus essentiels.

Je t'avoue, Mon Cher Ami, que je ne crois pas du tout à cette nouvelle, connaissant l'attachement du Premier Consul pour sa femme et combien il a été toujours contraire à cette loi de divorce. De plus, Mon Enfant, je dis que si celà était, en février, il en serait déjà question et, ta cousine ayant écrit à sa Maman, tes frères et ta soeur à moi, sûrement il leur serait échappé quelque mot d'une chose aussi intéressante pour eux<; Enfin, Mon Ami, tous ici s'accordent à leur dire : Je tremble que ta tante La Pagerie qui est au Fort-Royal avec ton père n'en soit instruite. Son attachement pour sa fille, son grand âge, sa sensibilité pourraient la faire croire et succomber à cette triste nouvelle que je ne crois pas moi, te dis-je. Non, je n'en crois rien ; c'est trop fort pour être crû ; et puis, je te répète, des évènements aussi conséquents ne tembent pas comme des nues. Tu sens celà comme moi. Il faut qu'avant que quelque chose en transpire.

Enfin, Mon Cher Enfant, je t'avoue encore que sans y croire, j'en suis affectée par la crainte que ta tante et ton père ne soient pas aussi incrédules que moi et qu'ils s'en affectent trop. A leur âge, le chagrin, l'attente de la certitude ou destruction de cette nouvelle pourra nuire à leurs santés ; et celà serait bien malheureux. J'attends avec bien de l'impatience de leurs nouvelles autant pour le moins que j'attendrai tes lettres depuis ton retour de Rome, bien persuadée que tu auras en moi la même confiance que j'ai en toi et que tu me diras toujours sous le secret ou autrement tout ce qui concernera de si bons parents. Et vous tous, Mes Chers et Bons Enfants, Monsieur Collignon, que j'ai vu hier, te dira ce qu'il en a ouï dire de ce bruit public. Il ne partira de cette rade que demain 24. Si avant, je reçois des nouvelles du Fort de France, je t'en donnerai différemment. Je t'écrirai à ce sujet par la première bonne occasion.

Embrasse pour moi, Cher Ami, tes frères. Dis leur que je n'ai pas le temps de leur écrire : je suis occupée à des affaires d'intérêts et de conscience. Demain, jour de Saint-Jean-Baptiste, ma fête, j'espère recevoir Mon Dieu et tu conçois combien je vais le prier pour vous tous. Oh, oui, Mon Charles : chaque fois que je fais cette bonne action qui est ne fois par mois, je vous mets tous à Ses pieds et lui demande pour vous tout ce que vous désirez, tout ce qui peut vous être nécessaire pour vivre heureux et chrétien et mourir de même. De grâce, Mes Chers Enfants, aimez votre Dieu si vous voulez tous qu'Il vous aime et que je vous aime ; servez le ; ce service n'est pas incompatible avec celui de l'état et les liens et devoirs de la société. Non : pour être bons fils, bon père, bon frère, bon parent, enfin pour être bon Français, bon citoyen, il faut être chrétien sans quoi, Mon Fils, on n'est bon à rien ; on ne peut inspirer ni confiance, ni estime ; et quelle existence, dis-moi, qu'une semblable ?

De grâce, Mon Fils, prêche cette doctrine de ma part à tes frères, à ta soeur. Dis leur bien que je crois que ces sentiments sont dans leurs coeurs ; et à Louis et Sainte-Rose qu'ils se rappelent qu'ils n'ont pas fait ici leur première communion, que j'espère qu'ils la feront en France et que je compte là-dessus en écrire à ma chère nièce.

Point d'autres nouvelles ici. Les Anglais nous bloquent toujours depuis un avec soin. Je ne conçois pas comment que nous ne sommes pas déjà affamés ; mais nos denrées de deux récoltes sont là et s'ils venaient à nous prendre comme en 94, ils nous prendraient peut-être toute denrée fabriquée et alors il nous resterait à devoir et payer les dettes contractées par cette non-vente et valeur du sucre. Mon Cher, que la volonté du Seigneur soit faite ! Tu sais que comme chrétienne que c'est toujours là mon refrain.

Hier, Mon Fils, était mon jour de malheur était mon jour de malheur pour les nouvelles car on m'a assuré que le pauvre Ferrière était fou à Londres ; c'est Monsieur D..., négociant, à qui il avait confié une malle pour la lui faire porter à Bordeaux par son bâtiment qui, en me rapportant cette malle, me l'a assuré comme chose certaine ; et je vais écrire à Monsieur Closer savoir si Messieurs A... et Wilson ne lui en auraient pas parlé ; mais je désire bien que celà ne soit pas et que lui, Fayol, son état-major, Gage et Rouilland du bord de Jérôme soient échangés et rendus déjà en France. Donne-moi de leurs nouvelles ainsi que du pauvre ami Laboissière dont je suis fort inquiète par son silence envers moi depuis 15 mois.

Adieu, Cher Enfant. Ton frère et moi t'embrassons. La nourrice te demande une tabatière commune et moi, vos portraits à tous. Adieu. C'est ta maman et bonne amie pour la vie.

S/la Baronne Tascher de La Pagerie

[Haut de la page]
 
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
Nouveau membre ?
 



 

Récital Mercredi 5 Octobre 2011 Institut de France et l'Abeille au Service du Patrimoine au sein de la Fondation Dosne-Thiers

Messe à Rueil-Malmaison lundi 30 mai 2011 à 19H

 

 
Désinscription [?]
 

 

Découvrez dans la boutique :
La boutique du site
et bien d'autres livres...