Accueil           Lettres       Généalogie      Histoire         Photos      Bibliographie 
 
   .: Vous êtes ici : Lettres > Recherche > Affichage de la lettre n°340
 


IDENTIFICATION LETTRE : 340

Classer la lettre Envoyer par E-mail Imprimer le document

Portefeuille : Hanoteau, P. 18 à 20    
Lieu : Strasbourg
Expéditeur : Impératrice Joséphine  
Destinataire : Prince Eugène
Date républicaine : 21 brumaire an XIV 
Date grégorienne : 12 novembre 1805
 
Je vois, mon cher Eugène, par tes derniers bulletins, que l'armée d'Italie se couvre aussi de gloire et que l'ennemi est en retraite : tout va aussi bien que nous pouvions le désirer. De mon côté je ne suis pas moins heureuse en voyant s'approcher le moment où je pourrai aller rejoindre l'Empereur. Je suis bien sûre qu'il me tiendra la promesse qu'il m'a faite et que je partirai le plus tôt qu'il sera possible. On dit que l'Electeur m'attend à Munich et qu'on prépare de belles fêtes pour moi ; la plus agréable sera de t'y voir. L'Empereur m'en a donné l'espérance dans une de ses lettres. Tu connais ma tendresse pour toi, mon cher fils, et tu dois sentir combien je serais heureuse de voir se réaliser cette espérance.

J'ai reçu de M. de Talleyrand, il y a peu de jours, une lettre dont j'ai été enchantée ; il me mande que l'Empereur lui a dit en parlant de toi : "C'est étonnant les progrès que ce jeune homme fait tous les jours. Il est déjà plus capable de gouverner que Lebrun." Comme M. de Talleyrand me parlait, dans cette même lettre, d'un mariage auquel il s'intéresse ainsi que toi et qu'il croit devoir se réaliser, je lui avais promis de brûler sa lettre et je lui ai tenu parole. Mais une phrase comme celle que je viens de te dire ne s'oublie pas et je suis bien sûre qu'elle ne te gâtera pas, mais qu'elle te fera autant de plaisir qu'à moi. Adieu, mon cher fils, mon cher Eugène, je t'embrasse bien tendrement.

Joséphine.

P.S. - J'ai vu ici le prince électoral de Bavière ; il m'a beaucoup parlé de toi, de l'attachement qu'il t'avait voué ; il m'a prié, lorsque je t'écrirai, de te dire combien il t'aimait et combien il était heureux d'avoir fait ta connaissance.
Je reçois à l'instant une lettre de l'Empereur : il était à Linz. Il me mande que d'ici à cinq ou six jours il se passerait bien des choses : ses avant-postes n'étaient qu'à 10 lieues de Vienne.

[Haut de la page]
 
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
Nouveau membre ?
 



 

Récital Mercredi 5 Octobre 2011 Institut de France et l'Abeille au Service du Patrimoine au sein de la Fondation Dosne-Thiers

Messe à Rueil-Malmaison lundi 30 mai 2011 à 19H

 

 
Désinscription [?]
 

 

Découvrez dans la boutique :
La boutique du site
et bien d'autres livres...