Accueil           Lettres       Généalogie      Histoire         Photos      Bibliographie 
 
   .: Vous êtes ici : Lettres > Recherche > Affichage de la lettre n°333
 


IDENTIFICATION LETTRE : 333

Classer la lettre Envoyer par E-mail Imprimer le document

Portefeuille : Hanoteau, P. 107 à 1    
Lieu : Milan
Expéditeur : Impératrice Joséphine  
Destinataire : Prince Eugène
Date républicaine :  
Date grégorienne : 26 août 1812
 
J'ai été avant-hier, mon cher Eugène, voir Brera (1) ; j'y ai reconnu avec plaisir l'effet de tes soins pour l'embellir ; tous les tableaux n'y sont pas d'un égal mérite, mais il y en a une demi-douzaine qui sont de toute beauté. J'ai eu surtout beaucoup de plaisir à voir les fresques de Luini.

Puisque je suis en train de louer, je te dirai que j'ai lu dans le Moniteur d'aujourd'hui ton rapport sur les journées des 25, 26 et 27 juillet, et que j'en ai été très contente. Ce sont de grandes choses dites simplement : le mot "je" ne s'y trouve que lorsqu'il est absolument nécessaire ; rien, dans ce rapport, ni pour toi ni pour les personnes de ta maison ; mais, en revanche, il finit par un mouvement bon et juste en faveur de la veuve du général Roussel.

J'ai reçu ta lettre du 8. Je vois avec chagrin que tu n'étais pas encore débarrassé de ta fluxion ; ménage-toi bien, mon cher fils ; je n'aurai de véritable tranquillité que lorsque j'apprendrai que la paix est faite.

Auguste est à merveille ; depuis deux jours nous dînons ensemble et je te laisse à penser si nous parlons de toi. Aime-la bien, aime-moi aussi, je ne sais en vérité qui de nous deux t'aime le plus.

Mme Visconti, qui fait le service près de moi comme dame du Palais, me prie de te rappeler que tu as promis à son mari une place de gouverneur de Palais ; elle désirerait celle du palais de Mantoue, qui est vacante.

J'ai vu ici la fille de l'amiral Villaret-Joyeuse ; elle est venue exprès de Venise pour me prier de te la recommander auprès de l'Empereur ; cette famille est intéressante et je n'oublie pas que l'amiral, étant gouverneur de la Martinique, a prodigué ses soins à ma mère et lui a fermé les yeux.

Tes enfants sont toujours aussi charmants et bien portants ; ton fils et moi sommes les meilleurs amis du monde. Dès qu'il me voit, il quitte tout pour venir sur mes genoux. Je fais tous les soirs sa partie.

Adieu, mon cher Eugène, je t'embrasse tendrement.

Joséphine.

(1) La Brera, célèbre musée de peinture, établi dans un ancien collège des Jésuites.

[Haut de la page]
 
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
Nouveau membre ?
 



 

Récital Mercredi 5 Octobre 2011 Institut de France et l'Abeille au Service du Patrimoine au sein de la Fondation Dosne-Thiers

Messe à Rueil-Malmaison lundi 30 mai 2011 à 19H

 

 
Désinscription [?]
 

 

Découvrez dans la boutique :
La boutique du site
et bien d'autres livres...