Accueil           Lettres       Généalogie      Histoire         Photos      Bibliographie 
 
   .: Vous êtes ici : Lettres > Recherche > Affichage de la lettre n°329
 


IDENTIFICATION LETTRE : 329

Classer la lettre Envoyer par E-mail Imprimer le document

Portefeuille : Hanoteau, P. 100 & 1    
Lieu : Malmaison
Expéditeur : Impératrice Joséphine  
Destinataire : Prince Eugène
Date républicaine :  
Date grégorienne : 22 mars 1812
 
Je profite, mon cher Eugène, du départ du général Pacthod, pour répondre à ta dernière lettre. Je vois avec bien de la peine que tu ne viendras pas ici avant de te rendre à l'armée ; on avait fait courir le bruit de ta prochaine arrivée à Paris et je l'aurais bien désirée. Tu m'aurais servi d'intermédiaire auprès de l'Empereur ; tu lui aurais demandé pour moi ce que je dois faire pendant son absence et dans quel lieu il veut que j'habite. Je pense comme toi que je ne dois pas rester aussi près de Paris s'il vient à s'en éloigner. Maintenant que je n'ai plus l'espérance de te voir, je compte lui écrire pour lui demander ses conseils. J'espère qu'il sera assez bon pour me diriger et qu'il a toujours conservé pour moi de l'amitié. Dans la dernière lettre qu'il m'a écrite, il y a quinze jours, il m'a assurée que ses sentiments pour moi n'étaient pas changés et je sais qu'il approuve ma conduite ; je suis restée étrangère à tout, je n'écoute aucun propos et je ne vois ici que les personnes attachées à sa Maison. Je ne désire connaître ses intentions que pour m'y conformer entièrement.

J'irai avec joie à Milan, un peu avant les couches de ta femme, la soigner pendant ton absence. Embrasse pour moi tes enfants ; dis à Auguste que je suis touchée de la lettre qu'elle m'a écrite ; je vois qu'elle est bien affligée de ton prochain départ, et moi aussi, mon cher Eugène, je suis bien triste de te voir faire la guerre, mais j'espère que Dieu protégera un bon fils en faveur d'une bonne et tendre mère.

je ne finirai pas cette lettre sans te parler du général Pacthod qui se charge de te la remettre. Il m'a inspiré de l'intérêt par l'attachement qu'il a pour toi et par son désir d'être employé sous tes ordres. Tu seras bien aimable de t'occuper de lui.

Adieu, mon cher fils, tu sais avec quelle tendresse je t'aime et t'embrasse.

Joséphine.

P.S. : - On dit que l'Impératrice va à Dresde chez le roi de Saxe, et que, là, elle se réunira à son père (1).

(1) Marie-Louise partit en effet pour Dresde avec Napoléon le 9 mai 1812 et, de là, se rendit auprès de l'empereur François à Prague.

[Haut de la page]
 
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
Nouveau membre ?
 



 

Récital Mercredi 5 Octobre 2011 Institut de France et l'Abeille au Service du Patrimoine au sein de la Fondation Dosne-Thiers

Messe à Rueil-Malmaison lundi 30 mai 2011 à 19H

 

 
Désinscription [?]
 

 

Découvrez dans la boutique :
La boutique du site
et bien d'autres livres...