Accueil           Lettres       Généalogie      Histoire         Photos      Bibliographie 
 
   .: Vous êtes ici : Lettres > Recherche > Affichage de la lettre n°102
 


IDENTIFICATION LETTRE : 102

Classer la lettre Envoyer par E-mail Imprimer le document

Portefeuille :    
Lieu : Paris
Expéditeur : Cambacérès  
Destinataire : Madame de Renaudin, rue Saint-Méri à Fontainebleau
Date républicaine :  
Date grégorienne : 16 juin 1795
 
J'ai éprouvé, Madame, une joie bien sensible dans le renouvellement de votre souvenir pour moi. Des amis tels que vous et Monsieur de Beauharnais sont infiniment précieux dans le temps et encore plus dans ceux où nous sommes. J'ai toujours pensé à vous avec attendrissement et j'ai gémi de m'en avoir séparé. Il me semble que réunis nous aurions été moins malheureux ; mais enfin, il ne faut pas renoncer à l'espérance de nous revoir. Ce moment heureux n'est peut-être pas éloigné. J'apprends avec plaisir que celui de votre union conjugale est enfin arrivé, et que deux coeurs si bien faits l'un pour l'autre vont serrer les noeuds de l'amitié par le doux lien du mariage. Personne ne doit partager plus que moi la joie de cet heureux évènement. Que ne puis-je en être le témoin ! Mais, hélas ! Depuis longtemps, j'ai les malheurs en réalité et les plaisirs en idée. Flamant vous dira qu'il a trouvé notre petit ménage encore sur pied avec la bonne Carbonne qui aide son maître à supporter toutes ses peines. Ma plus grande est de la voir souffrir sans savoir où nous aboutirons. Je ne vous en dirai pas davantage. Je connais votre bon coeur et je ne veux pas troubler des moments heureux par le récit de mes infortunes. La chère Carbonne vous prie de lui conserver toujours vos bontés. Si vous pouviez trouver une place pour son fils qui sait raser, coiffer, écrire, chiffrer et faire l'office supérieurement et qui est bon pour voyager et courir la poste, vous nous rendriez un grand service. Je sais que les circonstances ne sont pas favorables ; mais si l'occasion se présentait, je suis sûr que vous vous en souviendrez.

Je vous embrasse, Ma Chère Dame, ou plutôt j'embrasse les deux époux avec tous les sentiments de la joie, de l'amitié et de la reconnaissance qui ne s'éteindront jamais dans le coeur de votre serviteur et ami.

/ S / Cambacérès

[Haut de la page]
 
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
Nouveau membre ?
 



 

Récital Mercredi 5 Octobre 2011 Institut de France et l'Abeille au Service du Patrimoine au sein de la Fondation Dosne-Thiers

Messe à Rueil-Malmaison lundi 30 mai 2011 à 19H

 

 
Désinscription [?]
 

 

Découvrez dans la boutique :
La boutique du site
et bien d'autres livres...