Accueil           Lettres       Généalogie      Histoire         Photos      Bibliographie 
 
   .: Vous êtes ici : Lettres > Recherche > Affichage de la lettre n°100
 


IDENTIFICATION LETTRE : 100

Classer la lettre Envoyer par E-mail Imprimer le document

Portefeuille :    
Lieu : Paris
Expéditeur : Louis et Hortense Bonaparte  
Destinataire : à Madame de La Pagerie, aux Trois-Ilets
Date républicaine : ce dimanche 24 nivose An XI 
Date grégorienne : 14 janvier 1803
 
Madame,

Je vois bien que vous n'avez pas reçu la lettre que j'eus l'honneur de vous écrire peu avant mon mariage pour vous en faire part ; et comme nous étions encore en guerre avec les Anglais, je n'en suis pas étonné. J'en serai tout-à-fait consolé si vous avez la bonté de m'accorder quelqu'amitié. Croyez, Madame et Chère Grand-Maman, que j'en suis digne par le respect et l'attachement que je partage avec Hortense pour vous et toute votre intéressante famille.

Nous vous avons fait part de la naissance de notre fils ; mais comme elle est arrivée après le départ de Jérôme, nous n'avons pu le charger de notre lettre. Il est actuellement âgé de plus de trois mois ; il est grand, fort et nous donne déjà des plaisirs que vous connaissez très bien et qui ne s'effacent point puisque le temps et (...) n'ont pu diminuer les sentiments que vous accordez à notre mère et qui les mérite si bien par son affection pour nous.

Dois-je vous prier, Madame, d'offrir l'hommage de mes sentiments à Monsieur et Madame de Tascher. Leurs enfants se portent bien ; nous les voyons souvent.

Veuillez recevoir avec bonté, Madame, l'hommage de mon respectueux attachement.

Louis Bonaparte

Vous m'en voulez un peu, Ma Chère Maman, de ne pas vous avoir écrit plus souvent. N'en accusez que les circonstances où je me suis trouvée et croyez que votre petite fille est trop reconnaissante des bontés que vous avez eues pour elle pour jamais les oublier. On nous fait toujours espérer, Ma Chère Maman, que vous viendrez en France : ce serait une grande joie pour nous et nous vous y engageons bien. Mes cousins se portent à merveille ; ils se conduisent très bien et se font aimer de tout le monde par leur douceur et leur désir de réussir. Ils écrivent très souvent à leurs parents et sont bien heureux quand ils en reçoivent des nouvelles. On leur a annonçé que Louis était arrivé à Toulon. Adieu, Ma Chère Maman. Rappelez moi au souvenir de toute notre famille dont je me souviens fort bien et croyez à mon sincère attachement.

Hortense Bonaparte

[Haut de la page]
 
 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
Nouveau membre ?
 



 

Récital Mercredi 5 Octobre 2011 Institut de France et l'Abeille au Service du Patrimoine au sein de la Fondation Dosne-Thiers

Messe à Rueil-Malmaison lundi 30 mai 2011 à 19H

 

 
Désinscription [?]
 

 

Découvrez dans la boutique :
La boutique du site
et bien d'autres livres...