Accueil           Lettres       Généalogie      Histoire         Photos      Bibliographie 
 
   .: Vous êtes ici : Histoire > Histoire > Josephine et l esclavage
 


Joséphine et l'esclavage

Classer la lettre Envoyer par E-mail Imprimer le document

Joséphine de Beauharnais, future Impératrice, naquit le 23 juin 1763 dans l’ancien domaine de la famille Tascher (prononcé “taché” à la Martinique) de la Pagerie.

Aujourd’hui, au sein d’un jardin fleuri, un petit musée relate l’enfance de la jolie créole : selon la légende, alors qu’elle était adolescente, une vieille femme noire lui aurait prédit de grandes destinées, après avoir lu dans les lignes de sa main. Près du parking, le long d’une rivière ombragée, s’élèvent les murs de pierre de la sucrerie avec ses cuves.

A la Martinique, le souvenir de Joséphine reste partagée entre la fierté d'avoir donné à la France une grande figure féminine et la honte "d'avoir accouché" d'une femme que la rumeur disait de mœurs dépravées. On dit lui reprocher surtout l'influence qu'elle aurait eut sur Napoléon au moment de rétablir l'esclavage: elle lui aurait rappelé la prospérité des colonies sous l'Ancien Régime servile, défendant ainsi les intérêts de sa propre famille.
En 1802 fut abrogée l’abolition de 1793 aux Antilles françaises et de sanglantes répressions s’ensuivirent à Saint-Domingue et à la Guadeloupe.

Certains habitants de la Martinique n’oublièrent pas : la statue en marbre de Joséphine érigée sur la Place de la Savane à Fort-de-France a été de nombreuses fois décapitée façon guillotine et maculée de peinture rouge sang sur sa poitrine. Souvent restaurée, la mairie a depuis longtemps capitulé devant les multiples récidives et laissé en l'état l’image de l'Impératrice peu aimée par cette partie des habitants. Il est question de la déplacer et de la mettre au domaine de La Pagerie.

Le sujet, douloureux, soulève encore de nombreuses réactions. Max Gallo, par exemple, mais aussi d'autres personnalités et historiens ont été accusés de traiter le sujet à la légère. L'esclavage est un crime contre l'humanité et il doit être condamné.

Néanmoins, il nous faut rétablir quelques faits historiques : l'esclavagisme n'a jamais été aboli à la Martinique. Joséphine aurait donc eu peu d'intérêt à le faire rétablir. D'autre part, et il peut être intéressant de le noter, pour Napoléon, les femmes n'avaient aucun droit de parole sur tout ce qui touchait la politique, Joséphine n'avait donc aucune emprise sur lui. Lors de l'assassinat du Duc d'Enghien, l'Impératrice avait tenté de s'y opposer, maintes fois, sans succès, car les femmes "n'ont pas à se mêler de politique".

Ce sont donc des intérêts et des considérations purement monétaires qui ont entraîné ce passage peu glorieux de l'histoire de France. L'abolition définitive de l'esclavage dans les colonies françaises se fit en 1848, année de l'arrivée de Louisy Mathieu, ancien esclave, au poste de député de la Guadeloupe (il a été le premier député noir).




Voir aussi à ce sujet le livre de Pierre Branda et Thierry Lentz "Napoléon, l'esclavage et les colonies"

"Alors que l'année 2006 voit la première célébration de la journée dédiée au souvenir de la traite des Noirs et de l'esclavage (le 10 mai), paraît cette étude approfondie des historiens Pierre Branda et Thierry Lentz, sur la politique coloniale de Napoléon et notamment la décision du Premier Consul de rétablir l'esclavage en 1802. S'appuyant sur une très large documentation, les auteurs reprennent pièce par pièce ce difficile dossier."

Plus d'infos sur le livre

Par A.L.

[Retour sommaire] [Haut de la page]

 
 
 
 
Mot de passe oublié ?
Nouveau membre ?
 



 

Récital Mercredi 5 Octobre 2011 Institut de France et l'Abeille au Service du Patrimoine au sein de la Fondation Dosne-Thiers

Messe à Rueil-Malmaison lundi 30 mai 2011 à 19H

 

 
Désinscription [?]
 

 

Découvrez dans la boutique :
La boutique du site
et bien d'autres livres...